Saucony Xodus ProGrid 4.0

Saucony Xodus 4.0La première impression en passant ces chaussures aux pieds n’est pas des plus emballante…
Le confort y est sommaire voire rustique la faute à un mesh plus fin et léger que doux et moelleux.
Et pourtant…
Lacets serrés cette sensation disparaît totalement laissant place à une sensation de maintien très sécurisante.
En effet le pied est comme verrouillé à l’intérieur de la chaussure.
Loin d’être désagréable cette impression contrebalance totalement avec le coté peu protecteur que semblait indiquer la faible épaisseur du chausson.

À l’effort, la transpiration s’évacue super rapidement c’est l’avantage d’avoir un mesh aussi fin avec des mailles bien larges.

Par contre cela fonctionne dans les 2 sens : l’humidité est très rapidement évacuée vers l’extérieur, mais rentre aussi très facilement à l’intérieur de la chaussure.

Une faible rosée suffit à mouiller les chaussettes (et j’exagère à peine!).

Heureusement le tissu sèche très vite, mais c’est un peu bizarre pour une chaussure se destinant (aussi?) aux terrains gras…

Dans l’idéal, je pense qu’il faut associer ces chaussures avec des chaussettes étanches pour les conditions humides. De cette manière, le pied reste au sec et l’eau ne stagne pas dans la chaussure même après immersion complète.

Xodus 4 descente raide ravitoL’inconvénient reste néanmoins pour d’autres usages. Ainsi lors de séances sur terrils la fine poussière de houille rentre très facilement dans le chausson. Idem pour le sable.

Par contre à l’usage, la finesse du mesh est au bout du compte très agréable car il rend le chausson très souple en dehors de la partie dédiée au maintien du coup de pied.

On ne craint pas pour les pieds malgré les km et les heures qui s’accumulent.

Au niveau des protections, j’ai aussi été agréablement surpris malgré le coté épuré du chausson, le pare-pierre protège plutôt bien les orteils, j’aurais juste aimé qu’il recouvre légèrement plus le dessus. Mais c’est déjà très bien.

La semelle intermédiaire propose un drop de 4mm, l’amorti est ferme mais efficace ce qui permet un usage agréable au delà du terrain gras. Plus dynamique et racée que moelleuse, elle semble plutôt destinée aux trails courts et moyens qu’à l’ultra.

Xodus 4 devers ravitoElle filtre d’ailleurs plutôt bien les irrégularités du sol, y compris les pierres saillantes, un point plutôt intéressant et qui rend les Xodus ProGrid 4.0 plus polyvalentes que ce que l’on pouvait penser au départ.

Concernant la semelle externe, c’est clairement le point fort de cette chaussure!

Sur terrain dur c’est plus que supportable sans pour autant être extraordinaire, sur terrain gras, c’est littéralement une tuerie (dans le bon sens du terme je vous rassure).

En effet : difficile de prendre la semelle en défaut que ce soit en montée, en descente ou en devers. Mieux : on prend plaisir à enchaîner les virages serrés sans crainte de voler par terre suite à une glissade incontrôlée.

C’est ici du très très haut niveau on surpasse même les ténors de la catégorie comme la SpeedCross par ex sur les appuis latéraux!

Dans la caillasse aussi, la semelle est très efficace et l’accroche est très satisfaisante et la largeur de celle-ci assure une bonne stabilité.

Semelle Saucony Xodus 4.0

Je n’ai pas parlé du laçage mais je vais réparer cela tout de suite : pas de système complexe ici mais de l’efficace. Les lacets plats une fois noués ne se desserrent pas, on peut d’ailleurs comme pour d’autres marques ranger le nœud ainsi que le surplus dans une pochette dissimulée dans la languette. C’est tout bête mais çà évite de les accrocher dans les branchage au ras du sol.

La pression sur le pied est bien répartie sur l’ensemble du dessus du pied.

Dernier détail sympa un petit crochet a été disposé en bout de languette pour permettre l’attache  de guêtres, avis aux amateurs.

Xodus 4 virageEn bref, heureusement que j’ai su aller au delà du premier abord plutôt rudimentaire des Saucony Xodus ProGrid 4.0 car en définitive j’ai plutôt apprécié cette chaussure. À condition d’accepter que l’eau soit en contact du pied (ou d’utiliser des chaussettes étanches) c’est vraiment une super chaussures pour les conditions boueuses en particulier parce qu’elle ne retient pas l’eau (on a les qualités de ses défauts) mais surtout par son accroche irréprochable sur tous types d’appuis. Dans ces conditions, la fermeté de l’amorti ne se fait pas ressentir contrairement au dynamisme de la semelle.

Dans des conditions plus sèches et/ou rocailleuses, cet amorti peut se révéler fatiguant pour ceux qui recherchent beaucoup de moelleux sur les longues distances.

Sur distances intermédiaires, la chaussure se révèle tout à fait agréable à condition que l’on souhaite privilégier la souplesse, l’accroche et le coté racé en lieu et place du confort d’une chaussure plus « rembourrée ».

 

Un grand merci à Nicolas Contrain (Simple Hydration FranceStuffitts.fr) pour les chaussures ayant servies pour cet essai ^_^

Laisser un Commentaire