Je ne gagnerais pas le Cross de Wambrechies 2012…

Il y a quelques jours, en préparant mon calendrier hivernal, je découvrais avec tristesse que le Cross International de Wambrechies n’existera plus en 2012…

N’ayant jamais été en position de le remporter malgré ma très bonne connaissance du terrain, j’ai néanmoins de très bons souvenirs là-bas… Et de toute façon, j’avais fait le deuil du podium depuis bien longtemps, car même si j’avais répertorié la moindre petite motte de terre pouvant me faire perdre quelques centièmes le résultat aurait été à peu de chose près le même. Moi, au cross de « Wambreuche », j’étais plutôt à la bagarre pour assurer ma place au fin fond du classement… Mon seul réel espoir de victoire était la victoire par épuisement, attendant patiemment d’être centenaire pour voir la concurrence s’amenuiser et mettre à ma portée le classement par catégorie (V6).

20121011-141849.jpg

Bref j’ai été pour le moins attristé par cette nouvelle… D’une part parce que c’était ma seule course à domicile de la saison, mais surtout parce que c’était vraiment une belle fête… À la fois pour les compétiteurs qui s’y sont mesurés sur les 17 éditions qui ont eu lieu, mais aussi pour ceux qui comme moi venait y chercher le plaisir de courir un cross massif et surtout les plus de 200 participants à la course « Bravo Le cross » de la saison passé qui donnait l’opportunité à tous (enfants, jeunes et moins jeunes) de courir ensemble de manière non chronométrée sur le parcours…

Il y a eu des éditions sous des trombes d’eau (comme en 2010) d’autres avec un soleil presque estival (en 2011), tous les participants, je le souhaite conserverons un souvenir précieux de cette course magique. Moi en tout cas j’aurai toujours une pensée émue pour LE Cross de la métropole Lilloise à chaque fois que je parcourrai le parc du Château de Robersart.

Je te dit Adieu Cross de Wambrechies, mais ne t’inquiètes pas : dans ma mémoire tu ne t’éteindras jamais ;)

2 commentaires

ajouter un commentaire
FABIEN (6 années)

Le cross de Wambrechies a été le début pour moi d’une saison mémorable, celle 2001-2002! J’étais licencié à l’US Tourcoing et entrainé depuis 2 mois par Joseph LEBON. Parti dès le coup de feu, personne ne me reverra avant l’arrivée! Je m’imposais au nez et à la barbe de tous les favoris de l’époque. Ensuite ce sera 8ème au départementaux, 4ème des régionaux, 13ème des inters et 76ème des Championnats de France de cross long. De très bons souvenirs de terrains gras et technique…
Fabien

Patrick Billiau (4 années)

Je découvre aujourd’hui votre billet et je vous en remercie en tant que créateur du cross international de Wambrechies. Trois ans après l’arrêt de cette splendide épreuve qui en a fait maudire…mais surtout rêver plus d’un dans le parc du château de Robersart, sachez que nous avons réussi cette prouesse avec le coeur, l’enthousiasme et un budget très très limité. Preuve en est, c’est qu’un jour, auditionné par les services de la Région dans le cadre de la préparation du budget, on se montrait sceptique quant à mes propos. J’ai invité mon interlocuteur à venir voir sur place. C’était en 2011. Il est venu et il est reparti conquis en me disant qu’au regard de certaines subventions versées à des organisations sportives de la Région, il n’y avait pas photo et que c’était un excellent rapport « qualité/prix »…mais se montrait lui aussi inquiet par les bruits alarmistes de la fin du Cross International au coeur de ce site exceptionnel. L’intervention de la vice-présidente de Région chargée des sports n’a rien pu faire, l’avenir du Cross International était scellé; Le douzième cross français, celui qui avait le plus petit budget dans la cour des grands, était mis à la porte…pour ne plus abîmer à l’avenir, le beau parc qu’on promettait à la population locale… qui n’avait rien demandé! Voilà comment on détruit dix-sept ans de bonheur, de cohésion sociale, sportive…et de solidarité car depuis qu’il avait obtenu un Label National, le cross de Wambrechies avait tenu à rayonner en donnant un coup de projecteur à une oeuvre caritative chaque année renouvelée… et en lui versant 1500 €. Avoir été traités comme nous l’avons été, j’appelle cela un manque de solidarité et aussi de gratitude! Voilà comment on détruit l’enthousiasme et l’énergie la plus positive.

Laisser un Commentaire